Traitement et soin par grand froid

  • Auteur: docteur Jean-Pascal Dupuis, médecin à Olympe Santé Sport, et Gaëtan Lefevre, rédacteur Olympe Santé
  • Catégorie: Médecine du sport

La stimulation par le froid, à – 110 °C, sur le corps entier et de manière très courte –deux à trois minutes –active toute une série de réflexes du système nerveux central. Elle entraîne une analgésie rapide, un soulagement de l’inflammation, une meilleure circulation sanguine et une meilleure utilisation de l’oxygène par les muscles. Sur le long terme, on observe une atténuation de la réaction immunitaire et des douleurs chroniques. La cryothérapie, ou thérapie par le froid, est devenue une méthode de prise en charge thérapeutique commune dans l’univers sportif.

La cryothérapie est, comme son nom l’indique, un traitement par le froid. Le terme associe le préfixe cryoet le nom thérapie, du grec ancien krúoset therapeía, signifiant respectivement « froid » et « cure ». Elle consiste à exposer le corps ou une partie du corps à un froid extrême pendant plusieurs minutes. Dans le fameux Dictionnaire Vidal, elle est définie comme « l’utilisation du froid à des fins thérapeutiques, par exemple les applications de compresses froides contre la douleur des entorses et des contusions, mais aussi l’utilisation de neige carbonique pour brûler des verrues ». La thérapie par le froid peut prendre plusieurs formes : la cryothérapie locale avec de la glace, au moyen d’un spray cryogène ou encore par pulvérisation gazeuse, l’immersion en eau froide (de 4 °C à 15 °C) et enfin la cryothérapie corps entier. Cette dernière, la CCE, a pris une place importante en médecine du sport tant dans le traitement que dans la récupération.

Plongez dans le grand froid

La cryothérapie corps entier n’est pas une expérience extraordinaire ou surprenante. Cette thérapie est utilisée depuis une vingtaine d’année dans le traitement de la douleur, dans le cadre de programmes d’entraînement, de rééducation du sportif ou de bien-être, l´organisme humain pouvant amplement supporter une température ambiante de – 110 °C pendant quelques minutes.

Généralement, une séance de cryothérapie se déroule dans un espace constitué de deux ou trois salles allant de – 10 °C à – 130 °C. La première pièce –à – 60 °C sur une version deux salles comme à Olympe Santé –évite la formation de brouillard dans la pièce de traitement la plus froide. Elle stabilise également la température et assure aux patients une adaptation progressive. En l’absence d´humidité et s´il n’y a pas de mouvement d’air, la sensation de froid est faible et le ressenti est loin des – 110 °C. À cette température, le volume d’air se comprime de 45 % par rapport à la normale : par conséquent, l’oxygène absorbé est doublé à chaque inspiration.

La thérapie par le froid

L’efficacité de la cryothérapie fonctionne sur un choc thermique. La température cutanée doit descendre de 32 °C à 12 °C minimum. Soumis à un froid extrême, l’hypothalamus transmet un message à l’aire somesthésique du cortex qui active une réponse neurovégétative à distance. Le cerveau recevant de multiples informations neurologiques coupe le système « douleur ». Les systèmes noradrénergiques et sérotoninergiques sont alors perturbés. Ce dérèglement de l’axe hypothalamo-hypophysaire entraîne des répercussions positives sur les troubles du sommeil, l’anxiété et la dépression.

Lors de l’exposition au froid, l’organisme répond également par une vasoconstriction au niveau des vaisseaux sanguins. La chute du débit sanguin réduit le phénomène œdémateux, ce qui permet de limiter la perméabilité des vaisseaux et donc les processus inflammatoires, réduisant également les douleurs musculaires. L’action sur l’inflammation a aussi des effets en rhumatologie et en fibromyalgie.

La rééducation par le froid

La cryothérapie possède des effets antalgique, anti-inflammatoire et antihémorragique. Elle entraîne une vasoconstriction périphérique qui améliore l’oxygénation musculaire, diminue la fréquence cardiaque submaximale, stimule le système parasympathique et augmente la norépinéphrine, ce qui favorise la récupération et induit l’antalgie. Ces effets font de la cryothérapie un traitement très intéressant pour les sportifs, notamment en récupération de blessure, en récupération post-effort et en prévention contre les effets inflammatoires induits par l’exercice physique.

Le froid dans le programme sportif

La cryothérapie corps entier est devenue un traitement intégré au programme d’entraînement et de récupération des sportifs. Elle accélère l’élimination des déchets musculaires et favorise la circulation sanguine. Elle est utilisée dans plusieurs objectifs :

  • pour le traitement de pathologies musculaires et inflammatoires(entorses, coups, contusions musculaires, cicatrisation, lésions musculaires, effet analgésique, anti-inflammatoire, antiœdémateux, tendinites et limite des dommages tissulaires) ;
  • pour la récupération et l’amélioration de la performanceet de la prévention du sportif (récupération musculaire, récupération fonctionnelle, gain d’amplitude, préparation physique aux surentraînements, amélioration de la résistance aux infections…) ;
  • pour l’amélioration de la rééducation du sportif blessé, en phase de renforcement et/ou de réathlétisation.

La thérapie par le froid permet une optimisation de la récupération, de la performance et des soins, mais aussi une amélioration des performances de chaque athlète.Ses effets positifs sur la santé, la performance et le bien-être font l’objet de nombreuses études scientifiques depuis plus de vingt ans, même si elle n’a pas encore révélé tous ses secrets.